Les Français invitent la politique à la conversation

Brève

Les Français invitent la politique à la conversation

Conscients des problèmes de la démocratie actuelle, convaincus que les institutions sont loin des problèmes du « peuple », animés par une certaine méfiance vers les décideurs, les Français n’ont pas pour autant perdu leur envie de participer à la vie publique. Bien au contraire : ils réclament à voix haute d’y prendre part.

C’est ce que révèle une étude réalisée par TNS, selon laquelle 96% des Français jugent important que les pouvoirs publics tiennent davantage compte de l’avis des citoyens. Beaucoup d’entre eux ne voient pas d’autres voies possibles pour améliorer le fonctionnement de la démocratie française (inefficace selon 54% des interpellés).

Une envie de participation peut être inattendue, mais néanmoins confirmée par le très haut degré de satisfaction manifesté par les citoyens lorsqu’une telle occasion leur est offerte : 95% de ceux ayant récemment participé à des démarches de concertation (débat public, conférences de citoyens…) considèrent l’expérience utile et satisfaisante, et 61% des interpellés se disent satisfaits de la démocratie locale, où les citoyens peuvent plus facilement faire entendre leur voix.

La conversation sauvera-t-elle la démocratie? Ça vaut la peine d’en parler.

Coupe du Monde : tout le monde en parle… et si on écoutait?

Brève

Coupe du Monde : tout le monde en parle… et si on écoutait?

Pour le marketing français, la Coupe du Monde sera l’occasion d’expérimenter de nouvelles pratiques conversationnelles. Linkfluence et Publicis Modem devraient en effet profiter de l’événement pour tester un nouveau dispositif d’analyse des réseaux sociaux : une Dataroom composée de plusieurs experts de planning stratégique, social media, data mining, dont la tâche consistera à suivre constamment les principaux réseaux sociaux, pour analyser les contenus et le ton des conversations générées par la Coupe du Monde, et pouvoir ajuster en temps réel les campagnes de communication.

Il sera sans doute très intéressant de voir les résultats de cette expérience innovante; s’ils sont positifs, il est fort probable que la Dataroom devienne une structure permanente: le marketing aura fait un pas de plus vers la nouvelle dimension conversationnelle que les pratiques du Web social semblent désormais lui imposer.

Source : Collaboratif-info

Futur en Seine : 10 jours pour explorer le numérique

Brève

Futur en Seine : 10 jours pour explorer le numérique

Du 12 au 22 juin, Paris accueillera la cinquième édition de Futur en Seine, le festival du numérique. Il s’agit du plus important événement gratuit dédié au numérique en Europe, qui ressemble entrepreneurs, passionnés, acteurs et créateurs du numérique, en proposant un riche programme d’ateliers, conférences et expositions dont le fil conducteur sera, cette année, « made with » (« fait ensemble »). Une occasion pour décrypter la révolution numérique à travers le prisme de sa déclinaison plus vertueuse: celle de la collaboration, de la démocratisation, de la mise en relation de chacun avec tout et tous.

Parmi les dizaines d’événements de ce festival, Conversations Utiles signale deux conférences « Made with labs » le 12 juin pour passer du projet collaboratif au produit, et « Made for change ? » le 13 juin, sur comment produire le changement pour innover. Le rôle constructif de la conversation y sera sans aucun doute largement évoqué…

Toutes les informations pratiques sur le site officiel de l’événement.

L’humilité assumée, clé d’un leadership motivant

Brève

L’humilité assumée, clé d’un leadership motivant

Dans un contexte économique toujours plus complexe et imprévisible, le métier de leader change drastiquement. Le mythe du leader infaillible a désormais fait son temps, et laisse la place à un nouveau dirigeant, dont les atouts majeurs sont l’humilité et la capacité d’écouter et valoriser ses subordonnés.

Montrer ses faiblesses, accepter les remarques constructives, reconnaître aux autres le mérite d’un succès, ou accepter la responsabilité d’un échec ou d’une erreur… Un leader de succès aujourd’hui ne doit pas apparaître plus faible, mais il a néanmoins tout intérêt à se montrer plus humain.

L’instrument clé de cet exercice d’humilité est évidemment la conversation: persuadées que l’intégration réciproque de points de vues différents peut apporter beaucoup plus que leur simple compétition, des entreprise à avant-garde telles que Google ou Rockwell Automation remplacent de plus en plus le débat par le dialogue.

Le défi pour la communication interne de demain sera alors celui de concevoir et mettre en place les instruments d’un tel dialogue: comment intégrer les nouvelle pratique conversationnelles sans compromettre la solidité de la leadership indispensable à toute entreprise?

source: le Blog de l’Harvard Business Review

Brève

Coca-Cola pousse les étudiants à la conversation

Après la très efficace campagne de 2013, Share a coke (« Partagez un coca »),  Coca-Cola lance  Friendly Twist, une nouvelle initiative visant à confirmer le positionnement de la marque sur les valeurs de convivialité et de promotion de l’interaction sociale.

 

Le leader mondial du soda vient de lancer, dans certains campus universitaires colombiens, de nouveaux distributeurs dont les bouteilles ne peuvent être ouvertes qu’au contact d’une autre de même format. Une caractéristique tout à fait originale, qui obligera l’étudiant assoiffé à vaincre sa timidité et demander à l’un de ses collègues de l’aider à venir à bout de ce dispositif machiavélique

 

Une excellente excuse pour briser la glace, comme l’indique la vidéo promotionnelle, et un exemple vertueux de synergie entre design, marketing et conversation.

Data, la France donne l’exemple

Brève

Data, la France donne l’exemple

Le Ministère de la Reforme de l’état et de la Fonction publique à annoncé la création, d’ici la fin du mois de juin, d’un poste d’administrateur général des données (ce que les anglo-saxons  appellent chief data officer).

Une décision sans doute en phase avec l’esprit du temps, mais néanmoins surprenante : il s’agit d’une première en Europe, et même dans le secteur privé il n’y a, à l’heure actuelle, qu’une centaine de CDO dans le monde.

Pour occuper ce poste, le grand favori semble être Henri Verdier, l’actuel patron d’Etalab, l’agence en charge de la politique open data du gouvernement. Etalab ne dispose aujourd’hui d’aucun pouvoir contraignant vis-à-vis des administrations. Si la nomination d’Henri Verdier venait à se concrétiser, elle pourrait donc présumer une accélération de la politique d’ouverture et de transparence envers la data.

Quoi qu’il en soit, il n’en reste pas moins que la France donne à toute l’Europe un signal de grande modernité, sur un enjeu décisif pour la construction de la nouvelle « culture digitale » du monde à venir.

Source: Journal du Net

Haut de page Charger plus d'articles